Plan Local d’Urbanisme de Furiani : une trahison du PADDUC « exemplaire »

 

                                         Nos élus sont capables d'une créativité remarquable  lorsqu'il s'agit de ravager 

      les terres agricoles pour satisfaire les appétits (bétonniers) de leurs électeurs.

 

                                                      Vous en doutiez encore ? Un cas d’école, un de plus :

 

Le PLU de Furiani  vient d'être présenté en CTPENAF (Commission territoriale de préservation des espaces naturels agricoles et forestiers), chargée, notamment, de « préserver les espaces naturels, agricoles et forestiers ».

 La Collectivité de Corse et Mme la Préfète, l’ont approuvé, sans réserve.

 

Rien  de plus normal si ce PLU est compatible avec le Padduc et la loi Littoral !

 

Vérifions :

 

Ce PLU consomme des Espaces Stratégiques Agricoles afin de les ouvrir à l'urbanisation.

Le document  doit donc démontrer que l'évolution de la population d'ici 2030 justifie cette artificialisation et qu'il n'a pas d'autres solutions que de consommer ces espaces compte tenu du foncier encore disponible.

 

Dans son avis du 18/11/2018 la MRAE (Mission Régionale d'Autorité Environnementale) dénonce le fait que les données démographiques produite dans ce PLU sont totalement obsolètes : « ce manque de données récentes prive d'arguments pertinents la justification des choix en termes d'ouvertures à l'urbanisation » .

 (L'avis précise encore : « le manque d'analyse de la potentialité nette du tissu urbain existant à accueillir de nouveaux logements ne facilite pas la bonne compréhension des besoins de Furiani en extension d'urbanisation »)

 

La CTPENAF dispose exactement des mêmes éléments et des mêmes données que la MRAE pour constater que l’évolution annoncée de la population dans le PLU repose sur des statistiques dépassées et inexactes.  

               La CTPENAF n’avait, à l’évidence,  d’autre alternative que de rejeter cette demande

                              d’ouverture à l’urbanisation sur un Espace Stratégique Agricole.

 

  Il n'en fut rien !

Cette absence de justification sur une donnée déterminante fut écartée, jugée  sans importance !

Ces espaces (ESA)  dont le Padduc, dans le texte adopté à la majorité,  « n'admet pas le changement de destination »  seraient donc détruits, bétonnés…?

 

Comble de cynisme dans la violation du Padduc, ce PLU, approuvé sans réserve,  propose pour « compenser » cette  consommation des ESA …

… 32 ha de terres situées sur le cordon lagunaire.

La bonne farce : ce sont des terres sablonneuses, quasiment de la plage, ne répondant en rien aux critères d‘un espace stratégique agricole tels que défini par le PADDUC (faut-il le rappeler, adopté à la majorité..) 

                              Et s’il en fallait encore, ces terres sont  propriété du Conservatoire du littoral !

 

                                 Ce type de violation quasi « surréaliste » du Padduc est un cas unique.

                                              Un prototype ? Un ballon d'essai ?              

 

                      Mais ce PLU a bel et bien été approuvé par le représentant de la CdC, co-président de la CTPENAF!